AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The dark of the matinée [/w Luke Riley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
● Nombre de messages : 144
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 33
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la Galerie Wilde
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   13/12/2017, 18:11




The dark of the matinée
Luke Riley & Rory O'Shea


Right action, right words.
Son portable se mit à sonner. Rory tendit le bras et attrapa d’une main tremblante son téléphone. C’était Luke, son parrain. Il allait venir alors que l’Ecossais avait tout fait pour lui rendre la vie impossible. Il referma son téléphone et se mit en boule dans son lit en se demandant ce qui avait bien pu se passer. Il leva la bouteille vide qu’il tenait contre lui qu’il repoussa en gémissant avant de se tourner de l’autre côté, face à la fenêtre. Il aperçut les immeubles engoncés dans les nuages bas et lourds et ne put s’empêcher de penser aux beaux jours baignés de soleil. Son fils aimait tellement ça.
La pièce n’était pas bien grande ni même meublé. Seul un lit, au centre de la pièce, montrait une présence humaine, entouré de cadavres de bouteilles autour du matelas, le suppliant d’arrêter son sevrage. Ds cartons ici et là, ouverts et fermés. Une seule photo était encadrée, à côté de son lit ; le visage de son fils et de son ex-femme.
Un jour et deux heures que Rory n’avait pas bu même s’il venait de partir en dérapage incontrôlé et de foncer en plein dans le mur. C’était un moment crucial pour lui. Les premiers jours étaient - semble-t’il- les plus durs. Ca n’allait pas être simple mais Luke serait là, bientôt, pour l’aider.
Il sentit un courant d’air glacial venir à sa rencontre. Il fronça les sourcils poussa un gémissement plaintif avant de tirer la couverture jusque sous son nez. Il grelottait. Prends une gorgée... Juste une !
Écrasant les paupières, Rory songea un instant que Luke n’allait peut-être pas venir. Il aurait très bien pu se dire qu’encore une fois, c’était une mauvaise blague de l’alcoolique. Encore un jeu que Rory était le seul à jouer. Le temps qu’il s’en rende compte, se retourne encore et encore, il allait craquer. Luke était-il capable de ce genre de coup tordu ? O’Shea en devinait néanmoins les raisons. Depuis leurs rencontres, le barbu n’avait pas été tendre avec lui, à lui envoyer des textos horribles, des photos de ses soirées dont la plupart du temps il ne se rappelait même pas, des appels sans réponses… Il avait longuement hésité avant de lui demander de l’aide. Ce n’était pas facile d’accepter la situation. Les mains tremblantes Rory avait mis une bonne heure à l’écrire et une autre à se décider. Il n’avait pas dormi depuis deux jours, il avait clairement besoin de son parrain. Rory se passa une main dans les cheveux trempés. Il passait du chaud au froid.
Le jeune repoussa le drap. Il était en sueur, le pouls s’accélérant encore. Soupirant, Rory se passa les mains sur le visage en haletant. Un instant s’écoula puis il tourna la tête vers le fond de Whisky et deux pilules à côté de lui. Il avait perdu le contrôle. Il prit la bouteille entre ses doigts tremblants et observa le contenu. Un fond… Juste une goutte. Rien qu’une gorgée. Personne ne le saura… Vas-y fais le ! Allez…
Rory grimaça. Et d’un geste las, repoussa la bouteille, la faisant tomber sur le parquet dans un bruit sec et aigu. Il sentit son estomac se décrocher et remonter d’un coup dans sa gorge. Son coeur faisait des bonds dans sa poitrine et Rory savait qu’il fallait qu’il se ressaisisse. Prendre du recul, mettre ses envies à distance et oublier les cachettes d’alcool qu’il avait placé dans tout l’appartement.

« Merde » gémit-il en s’agrippant les cheveux.

Juste une goutte, rien de plus…
Il repoussa encore un peu plus le drap trempé par la sueur. Le coeur battant il entendit frapper à a porte. Il l’avait laissé ouverte la veille pour il ne savait quelle raison. Jetant un oeil la porte de sa chambre :

« J’arrive. » souffla Rory en tentant de dissimuler son inquiétude.

Mollement il se leva, nu, et se dirigea vers la porte en se traînant. Il ne marchait pas droit mais tremblant il posa la main sur la poignée. Et l’ouvrit en se penchant sur le côté.

« Hey » soupira-t-il en faisant un sourire crispé.


camo©015

......................................................................................................................................................

I CAN'T CONTROL
MY OWN ACTION
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 284
● Date de naissance : 14/02/1992
● Age : 26
● Originaire de : Londres
● A NY Depuis : 1999
● Emploi/Etudes : employé en chef dans un cinéma
● Theme Musical : Better place - Rachel Platten
● Avatar : Jake Abel
● DC : Serena


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   16/12/2017, 23:27

Depuis que je m’étais engagé à devenir le parrain de Rory je n’étais pas surpris de son comportement. Je m’attendais à ses réactions vu qu’ils avaient quand même bien annoncé la couleur dès le premier jour. Et pourtant je ne pouvais pas me résoudre à le laisser tomber. J’essayais de lui envoyer un sms tous les deux jours au moins, histoire de quand même montrer que j’étais là. Beaucoup auraient abandonnés au vue de ses réponses mais je ne pouvais me résoudre à le faire. Je m’étais engagé à aider des gens et je tenais cet engagement. J’étais dispo, je prenais des nouvelles. J’avais bien compris qu’il ne fallait pas que je garde des grandes soirées de libres pour lui ni que je pose des espoirs quant à son comportement.

Mais aujourd’hui c’était différent. J’avais directement compris à son message que ça n’allait pas. J’avais du finir mes heures au boulot avant de foncer directement chez lui. Son message avait été alarmant. Le vocabulaire, la syntaxe, tout avait été différents de ces autres messages. J’avais répondu dans le métro en disant que je serais la bientôt. J’envoyais un petit message à Virgile aussi histoire de le prévenir que je risquais de ne pas répondre de suite. Il savait que j’avais un filleul, mais je ne lui avais jamais dit son nom ni autre. Je ne voulais pas exposer l’identité de Rory. Les alcooliques anonymes portaient cette appellation pour une bonne raison. Au final le métro me conduisit au quartier ou vivait mon filleule et je pus chercher son immeuble en me référant à l’adresse qu’il m’avait envoyé sur mon téléphone.

Arrivant finalement devant sa porte je sonnais, attendant de voir s’il répondait. J’entendis du bruit, sans pouvoir reconnaitre distinctement ce que c’était. J’attendis donc qu’on m’ouvre. Et quand ce fut finalement le cas l’inquiétude éprouvée laissa place à … de la gêne ? De l’horreur ? Du dégout aussi ? Ok j’étais gay, ok j’avais récemment découvert la pornographie avec Virgile, ok j’avais commencé à imaginer des situations cocaces et ok j’avais peut être regardé un ou deux films où sont jouée ces dites situations. Mais je devais avouer que la situation : filleul alcoolique nu, dans un état de manque et pas lavé… Ce n’était pas vraiment dans ma liste de films pornos à regarder, même sans avoir de liste. Je gardais mon regard rivé sur le visage de Rory.

« Salut. »

Je le regardais un sourcil haussé avant de passer à côté de lui sans plus de explications. Il avait une sale tronche. Son regard était vitreux, son teint était malade. Et sans parler de l’odeur se dégageant de son appart mais aussi de lui.

« Ta salle de bain ? »

Autant commencer par là. Je le laissais m’indiquer la direction de sa salle de bain avant de lui indiquer de me suivre. Malgré que ma situation mentale s’était un peu arrangée, j’avais quand même encore du mal avec le fait qu’on me touche. Tout contact physique restait … Etrange, horrible, intrusif à mes yeux. Sauf ceux de Virgile. Il avait capté comment s’y prendre avec moi pour ne pas que je me braque. Une fois dans la salle de bain j’allumais l’eau de la douche réglant la température sur plus ou moins tiède avant de la pointer à Rory.

« T’as vingt minutes pour te laver et t’arranger ! Ensuite on parlera. »

Je quittais alors la pièce et alors que je fermais la porte, je me ravisais.

« Tu as bien fait d’écrire. »

Je voulais qu’il capte que c’était une bonne chose de demander de l’aider. Comme un enfant qu’on éduque il fallait que je l’éduque pour prendre les bons réflexes. Et autant commencer directement.

......................................................................................................................................................

“La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour…”
Moulin Rouge
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 144
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 33
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la Galerie Wilde
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   17/12/2017, 00:34




The dark of the matinée
Luke Riley & Rory O'Shea


Right action, right words.
Son sourire s'effaça quand il prend conscience qu’il était nu devant son parrain. D’un geste il désigna sa salle d’eau. Il ne se cacha néanmoins pas les parties intimes et préféra seulement le suivre comme un chiot qui cherche son maître. Il s’avança vers la porte mais, à mi-parcours il s’immobilisa, l’air tendue à l’extrême. Au lieu d’accélérer le pas, il avait ralenti. Il fit un pas mais s’arrêta net quand Luke ouvrit le robinet d’eau. Finalement le jeune homme se figea. Rory était dans un sale état ce qui visiblement avait choqué son parrain. Et compte tenu de son regard qui n’était pas descendu plus bas que les épaules, il put constater que le nouvel arrivé avait un quelconque souci avec la nudité. Pour l’Ecossais ça n’avait jamais eu grande importance et n’avait jamais eu honte d’être nu. Un corps est un corps. Des formes et de la chair rien de plus. On y voit ce que l’on veut. Il avait transpiré et avait complètement oublié qu’il était dévêtu pour “respirer” un peu.

« J’ai… J’avais oublié que j’étais… » Il détourna le regard en croisant les bras autour de son torse. « J’avais trop chaud. »

Rory frissonna. Se balançant d’un pied sur l’autre il baissa le regard. Luke était là. Il allait peut-être s’en sortir. A la lueur jaunâtre de l’ampoule de la salle de bain qui surplombait la pièce, Luke pouvait très bien voir le visage de l’alcoolique blêmir et se fermer. Il paraissait avoir du mal à respirer.
Cela lui fit de mal de le dire à voix haute mais il ne pouvait l’éviter. Son visage s’assombrit alors de tristesse :

« Merci d’être venu. »

Son visage était livide et ses yeux glacés. Le bain de bouche était là. C’était buvable. Il était prêt à tout boire. Il serra les lèvres. Pendant un moment il eut l’air absent, à des années lumières. Il pouvait passer discrètement et prendre la bouteille. Prends la. La boire sans que son parrain ne le sache. Fais le. Et comme excuse il allait pouvoir dire qu’il s’était lavé la bouche. Ne résiste pas !
Bon sang ! Pour que cette éventualité devienne réalité, il serait prêt à tout.
Il semblait sur le point de perdre son sang froid et exploser quand la voix de Luke rompit le silence. Malgré la distance avec le lavabo, il sentit l’envie l’agiter. Les poings serrés contre lui il ouvrit la bouche comme pour grimacer puis la referma et inspira profondément. Il était agité de spasmes tout en s’avançant vers la douche. Et parce qu’il n’avait pas envie de lui avouer qu’il ne cessait d’y penser, il fronça les sourcils et, dos à lui, posant son front brûlant contre le carrelage il gémit :

« Attends le… » Il désigna vaguement le lavabo et le placard au dessus sans oser le regarder. « Prends les… » Gesticulant la main pour désigner le bain de bouche, le parfum, tout ce qui pouvait être à base d’alcool et qui était buvable. « Prends tout… s’il-te-plaît. »

Il se savait faible. Trop faible pour résister. Soudain trop nerveux pour ne reste à ne rien faire il entra sous la douche et ne bougea pas, fixant ses pieds le regard progressivement embué. Quand Luke sortit de la pièce, l’espace devint si silencieux que le jeune homme aurait presque pu entendre une mouche voler. Il se sentait malheureux. Il avait envie de rentrer chez lui, en Ecosse. Secoué, les mains tremblantes, la panique commençait à le submerger. Trop mal, trop en colère, trop peur ; il se sentait perdu, trop seul.
Il avait parfaitement entendu sa dernière phrase mais n’y avait pas répondu, préférant fixer le carrelage plutôt que de simplement hocher la tête. Ca avait été un effort considérable que de lui écrire. Ce compliment, le faisait se sentir mieux ? D’une certaine façon oui. Il avait cessé de trembler un court instant et sa tête ne menaçait plus d’exploser. Il fait il commençait à se sentir somnolent. Après être resté une bonne dizaine de minutes sous bouger, la tête baissée sous l’eau chaude il se décida à se laver et sortit quelques temps plus tard. Il ne se rappela même pas quand est-ce qu’il s’enroula dans sa serviette de bain et se ficha devant le miroir. Luke. C’était quelqu’un de bien. Il ne lui avait pas demandé de l’aimer et de lui faire confiance et il était quand même venu. Vacillant légèrement Rory se dirigea vers la porte et sortit de la salle de bain. Il chercha l’interrupteur à tâtons sans le trouver et n’insista pas. Il se sentit très fatigué. Après avoir fermé la porte il resta planté là en se passant une main dans les cheveux mouillés et propre. Luke était là. Encore. Il se racla la gorge et souffla piteusement sans oser relever les yeux vers lui :

« Désolé de t’avoir accueilli dans cet état ».

Première fois qu’il s’excusait auprès de son parrain. Ca se fête non ?


camo©015

......................................................................................................................................................

I CAN'T CONTROL
MY OWN ACTION
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 284
● Date de naissance : 14/02/1992
● Age : 26
● Originaire de : Londres
● A NY Depuis : 1999
● Emploi/Etudes : employé en chef dans un cinéma
● Theme Musical : Better place - Rachel Platten
● Avatar : Jake Abel
● DC : Serena


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   7/1/2018, 12:59

J’avais conduit Rory dans sa salle de bain histoire qu’il prenne une douche pour un peu retrouver ses esprits. Il n’avait pas l’air bien. J’essayais aussi de faire fi de sa nudité. Pas simple mais on arrivait. Il y avait plus important. Je relevais le visage vers lui alors qu’il me remerciait. Je hochais simplement la tête, sans sourire mais sans être froid non plus. J’allais sortir et le laisser faire son truc quand il m’interpela et me désigna le lavabo, plus précisément le placard au-dessus. Je copris assez vite et hochais la tête à nouveau ouvrant les portes et prenant tous les flacons se présentant à moi, laissant seulement les bandages et trucs non comestibles. C’est les bras chargé que je débarquais dans sa chambre et lâchait le tout sur le lit. Le chantier que cette pièce était. Ouvrant la fenêtre pour commencer je décidais d’aérer la pièce. Allant alors dans ce qui était la cuisine je m’emparais d’un sac poubelle et commençais à y empiler toutes les bouteilles que je pouvais trouver. Pas compliquer il y en avait partout.

Je posais le sac dans l’entrée près de la porte après avoir tout mis dedans. Ayant aéré tout l’appart au final je commençais à fermer les fenêtres et me diriger vers le lit. J’avais à peine entrepris d’enlever ses draps que la porte de la salle de bain s’ouvrit et que Rory en sortit, enroulé dans une serviette. Se raclant la gorge il attira mon attention et … s’excusa. De ce que j’avais vu du personnage ces derniers jours il n’était pas du genre à s’excuser facilement. Encore moins à dire merci. Je retenais donc tout ça avec grande attention. Souriant légèrement je répondis, reprenant mes gestes pour défaire ses draps.

« Y a pas de quoi. Tu as des draps de rechange ? C’est pour l’odeur, ça t’aidera de pas l’avoir dans le nez. »


Mon ton n’était pas maternant, ni même enclin à un reproche. C’était plutôt calmement que j’exposais tout ça. Je n’allais pas lui gueuler dessus alors qu’il voulait de l’aide le gars. Je finis rapidement pour le laisser s’habiller et passais dans la cuisine. Lançant une lessive je m’installais après à la table et l’attendit. Une fois qu’il réapparu je l’invitais à s’asseoir en face de moi et demandais alors :

« Qu’est ce qui s’est passé ? Ou plus tôt qu’est ce qui a changé pour que tu me demandes de venir ? »


C’est vrai qu’il n’était pas super facile à vivre ces dernier temps, plus à se foutre de moi qu’autre chose. Mais j'avais l’habitude alors j’encaissais et attendais le moment où il aurait vraiment besoin de moi, priant pour qu’il s’en rende compte avant que ce soit trop tard ce qui j’espérais n’était pas le cas. Encore une fois je ne l'accusais pas, entament simplement une conversation avec lui. j'espérais qu'il ne se sente pas fliqué ou comme un gamin qu'on engueule.

......................................................................................................................................................

“La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour…”
Moulin Rouge
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 144
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 33
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la Galerie Wilde
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   10/2/2018, 00:29




The dark of the matinée
Luke Riley & Rory O'Shea


Right action, right words.
Il avait établi les faits sur un ton le plus désinvolte possible. Il acquiesça et s’approcha d’un carton pour lui tendre un draps. Il se pencha pour récupérer aussi un paquet de clope. Il avait arrêté de boire pas de fumer. Mais quand Luke fut sortit pour le laisser s’habiller, il se sentit vide. Sans rien. Toutes les bouteilles avaient disparu, ne restaient plus que les cartons et les quelques traces d’un fils. Son coeur battait néanmoins la chamade mais il se força à rester calme. Il avait fait le plus dur. En quelques minutes il s’habilla : un simple t-shirt et un jean. Les cheveux encore mouillé, ils dégoulinaient sur son haut. Il tendit le bras pour ouvrir la porte et sortit pour rejoindre son parrain. Rory se racla la gorge mal à l’aise puis reprit une grande respiration - inspiration, expiration…

J’ai… J’ai du café si tu veux. Il détourna le regard. C’était plus difficile de lui parler que d’arrêter l’alcool.

Il sembla comprendre que sa perte n’était peut-être pas aussi difficile que celle de Luke. Il reprit son souffle, s’ensuivit un long silence gêné. Malgré le malaise, Rory décida de laisser couler avant de s’installer en face de lui sur la chaise. Se passant une main dans les cheveux il haussa les épaules.

Je sais pas. Tu m’as semblé être la meilleure personne à appeler. Il pinça les lèvres. Rory savait que Luke ne parlait pas de ça. Il reprit : Je sais pas, vraiment. C’est complètement con. Il prit son visage entre les mains. Pourquoi je m’embarque dans un truc comme ça, putain de merde ?

Il avait souvent l’impression qu’il n’avait pas le droit à la réussite, au bonheur tout simplement, ni même d’avoir droit de prendre une pause. Autour de lui, la ville fourmillait d’activité. C’était une journée typique de son quotidien, à vouloir arrêter mais reprendre juste après pour devenir normal. Mais impossible. Et pourtant, comme d’habitude, une envie le démangeait, refusait d’être ignorée. Boire. Boire. Cette fois il ne céderait pas. Il prit son paquet de clope et s’en alluma une avant de tendre le paquet vers Luke.

Tu fumes ?

La nicotine. C’est tout ce qu’il lui restait. Rory sentait l’angoisse monter dans sa gorge et il baissa les yeux pour éviter son regard. Personne n’avait le droit de le juger mais il se sentait si faible qu’un seul battement de cil pourrait faire fondre le barbu. Il était dans un état second, lorsque finalement il souffla :

Je pourrais jamais autant te remercier d’être venu. C’est… C’est juste… Merci. Après t’avoir autant fait chier tu es là. Je suis désolé.



camo©015

......................................................................................................................................................

I CAN'T CONTROL
MY OWN ACTION
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 284
● Date de naissance : 14/02/1992
● Age : 26
● Originaire de : Londres
● A NY Depuis : 1999
● Emploi/Etudes : employé en chef dans un cinéma
● Theme Musical : Better place - Rachel Platten
● Avatar : Jake Abel
● DC : Serena


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   19/2/2018, 22:29

J’attendis Rory dans la cuisine, lui laissant le temps de se ressaisir un peu dans sa chambre. Le seul bruit qu’on entendait était la lessive que j’avais lancée. Au final Rory réapparut et me proposa du café. Je déclinais l’invitation poliment avant de l’inviter à s’asseoir face à moi et posait la fameuse question. Qu’est ce qui s’était passé ? Je l’écoutais alors, essayant de comprendre. Sans vouloir me vanter d’une quelconque manière, pas étonnant qu’il m’appelle moi et pas quelqu’un d’autre. Les cercles sociaux des alcooliques n’étaient jamais bien fournis ou alors de gens peux fiable. Je haussais un sourcil alors qu’il demandait pourquoi il s’embarquait dans un tel truc et répondis simplement :

« Parce que tu veux t’en sortir ? »

J’avais supposé que le truc était le programme de parrainage et non l’alcoolisme. Le seul lui pouvait savoir pourquoi il s’embarquait dans ce chemin-là. Je n’étais pas très tendre je devais l’avouer, ni très compatissant. Mais je n’étais pas sûr que ça aide dans son cas. Il m’avait montré qu’il était du genre à s’en ficher etc… Je n’allais pas baisser les bras et ne pas l’aider. Mais je n’allais pas non plus lui courir après pour me faire jeter à chaque fois. Et puis je ne savais pas vraiment faire plus que le laisser prendre la main que je lui tendais et se confier à moi. Je baissais le regard vers son paquet tendu, et secouais la tête négativement sans faire de commentaire de plus. Il avait bien le droit de fumer. Virgile fumait et je ne disais rien, je n’allais pas faire la remarque à un alcoolique qui essayait de s’en sortir. Une chose à la fois. Je remarquais qu’il baissait le regard et me demandais si le fait que je parlais peu le dérangeait. Après je n’étais pas nécessairement hostile, non juste observateur. A regarder ce qu’il allait faire. Je souris doucement alors qu’il finit par souffler des remerciements.

« Je me suis engagé à le faire non ? Et puis quand tu veux faire chier tu écris différemment que quand tu as besoin d’aide, au moins dorénavant je le saurais et saurais aviser en fonction. »

J’avais parlé d’une voix légère, plaisantant légèrement. Mais bon, il faudra bien avancer à un moment. Me penchant en avant, je posais mes coudes sur la table et croisais mes mains tout en le regardant :

« Rory, pourquoi tu as commencé à boire ? »

Tu  veux t’en sortir ? Ok. Tu veux mon aide ? Ok. Mais faudra me donner un peu plus d’informations parce que sinon…

......................................................................................................................................................

“La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour…”
Moulin Rouge
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 144
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 33
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la Galerie Wilde
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   3/3/2018, 20:31




The dark of the matinée
Luke Riley & Rory O'Shea


Right action, right words.
Les mains de Rory glissèrent dans ses cheveux. Il baissa la tête, incapable de faire face à un tel sommet, une montagne à gravir. Ni une ni deux il s’alluma une clope et souffla la fumée. Il redressa la tête comme si on l’avait ébouillanté. Ce type était vraiment gentil et il avait vu clair dans le jeu de Rory contrairement à beaucoup de monde, à ses proches. Rory était bouche bée devant ce type tellement étange et mystérieux. Il était trop différent de tout ce qu’il avait connu jusqu’à présent.
Il se voyait avec son fils, sa petite voix et ses gazouillis. Le visage de Rory prit une expression grave. Il refusait d’avoir cette pensée. Pourtant tout était prétexte à faire venir danse son visage devant ses yeux. Est-ce que ce n’était qu’un prétexte ? Est-ce que ce n’était pas qu’une façon de s’autodétruire ? Rory posa la main sur la table.

C’est… Il se racla la gorge. C’est…

Il se sentait sonné. Trop de pensée et l’odeur du mauvais rosé bus quelques jours auparavant. Il ficha la clope entre ses lèvres, cherchant les mots les plus appropriés, pour avaler le tout. Laborieusement il souffla la fumée par le nez.

J’avais… une famille avant. L’expression sur son visage était un mélange de tristesse et de douleur. J’ai tué mon fils dans un accident de voiture. Il inspira profondément et reprit ; le regard dans le vide, la cigarette se consumant lentement. Je conduisais et on s’est fait percuter. Co… Connor est mort sur le coup. Son prénom… Il ne l’avait pas dit depuis des années. Il crut alors qu’il allait s’évanouir. J’ai été dans le coma quelques temps et ma femme… on a essayé mais… elle a préféré partir L’alcool j’en buvais déjà avant mais là ça a pris le pas sur toute ma vie.

Il aurait aimé pouvoir contrôler le pâle de son visage mais rien n’y faisait. Pour éviter d’entendre ce qui allait suivre, il fixa un point au loin, le meuble de la cuisine, celui dont la porte grinçait. Il avait l’impression de mourir à petit feu et en parler l’avait finalement un peu aidé. Peut-être qu’il ne ferait plus de bêtise après ça ? Peut-être allait-il s’en sortir ?

J’avais déjà commencé un peu à boire avant tout ça quand mon père est mort mais c’était quoi ? Un verre ou deux ? Bien moins que ce que je consomme… Il secoua la tête. Que je consommais avant.

Finalement il décida de plonger son regard dans le sien. Il avait l’air compréhensif, a vouloir l’apaisé. Il n’était pas le jugement mais bien dans le d but d’aider. Rory se mit à se dandiner sur son siège comme si il avait quatre ans et demi. Il écrasa le mégot de sa clope dans le cendrier en face de lui avant de souffler une dernière fois la fumée.

Je sais, c’est vraiment bateau comme histoire.


camo©015

......................................................................................................................................................

I CAN'T CONTROL
MY OWN ACTION
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 284
● Date de naissance : 14/02/1992
● Age : 26
● Originaire de : Londres
● A NY Depuis : 1999
● Emploi/Etudes : employé en chef dans un cinéma
● Theme Musical : Better place - Rachel Platten
● Avatar : Jake Abel
● DC : Serena


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   20/3/2018, 19:05

Je fixais Rory du regard, sans le juger pour autant. Le laissant allumer sa clope tranquillement, je restais calme et impassible, mais ouvert ; paradoxal, comme souvent. Je lui demandais alors ce qui l’avait poussé à boire. Je me doutais que ce n’était pas un évènement heureux, encore moins quand son visage s’assombrit. Souvent des drames poussaient les gens à changer, à se perdre. Je lui laissais le temps pour se lancer, ne le pressant pas. Je déglutis doucement quand il me disait avoir tué son fils dans un accident de voiture. Je ne dis rien, assimilant son histoire, hochant juste la tête à la fin quand il me dit que l’alcool avait pris le dessus. Oui c’était souvent le cas… Les gens sont triste et se réfugient dans ce qu’ils peuvent : certains dans la fois, d’autres dans l’alcool, les prostituées, le travail, le néant… Dans tous les cas sis c’est poussé à l’extrême cela peut être dévastateur. Je l’observais le laissant finir jusqu’au moment où il me sortit que c’était bateau comme histoire. Je le prenais comme une tentative d’humour et me doutais que du à son comportement c’était pour cacher sa nervosité. A combine de gens s’était-il confié ? Combien de gens avaient tendu la main pour l’aider ? Pas assez apparemment. Je souris alors doucement, croisant les bras sur la table et me penchant vers lui.

« C’est un très jolis prénom Connor. Vous l’avez choisi comment avec ta femme ? »

Je voulais qu’il parle de son fils de manière positive. Normalement quand on choisit un prénom on le fait en fonction de valeurs positives et pas à la légère. Je voulais qu’il capte qu’il pouvait en parler en évoquant des bons souvenirs et non pas la tristesse qu’il ressentait depuis si longtemps. J’hésitais à demander où il était enterré avant de me raviser. Autant ne pas le brusquer, ce serait une autre étape que d’aller sur sa tombe. L’idée m’étais venue spontanément. A vrai dire je ne savais même pas si je pourrais aider Rory. Je l’espérais bien sûr de tout cœur, mais je ne savais jamais si mes tentatives allaient aboutir positivement ou s’il n’allait pas me mettre à la porte prochainement. Mais je me lançais et tant pis s’il ne voulait pas de mon aide.

« Tu ne vas pas t’en remettre de suite Rory, ça se fera avec du temps… perso moi ce qui m’a aidé, c’est le ménage. Effacé le passé de manière plus concrète… »

Lui qui trouvais son histoire bidon, ma technique l’était encore plus, mais elle m’avait aidé. Alors pourquoi pas lui ?

......................................................................................................................................................

“La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour…”
Moulin Rouge
Revenir en haut Aller en bas
● Nombre de messages : 144
● Date de naissance : 10/10/1984
● Age : 33
● Originaire de : Ecosse
● A NY Depuis : Fin Juillet 2016
● Emploi/Etudes : Commissaire-priseur à la Galerie Wilde
● Theme Musical : Run, I'm A Natural Disaster.
● Avatar : James Mcavoy
● DC : Aucun.


Affinités
:
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   18/7/2018, 17:47




The dark of the matinée
Luke Riley & Rory O'Shea


Right action, right words.
Avant l’accident il voyait son fils et prenait tout son temps pour le couver. Il le faisait toujours passer avant son travail, il tenait à l’emmener lui même à l’école et à discuter avec lui. Il prévoyait souvent des sorties. Cinéma, exposition, parcs animaliers, concerts en plein air. Et en échange, Connor lui offrait son plus beau sourire qui ne pouvait pas empêcher son père de le serrer contre son coeur. Rory ne pouvait pas se retenir et montrait son affection à son fils au moins dix fois par jour. Il se souvenait parfaitement du choix du prénom de son fils. C’était quelques temps après la mort de son grand père maternel. La cuisine de sa mère sentait si bon : les épices, la tomate et l’ail. Il avait envie de se rappeler de ça jusqu’à la fin. Un homme bien, son grand père.

C’est le nom de mon grand père. Il est mort peu de temps avant la naissance de mon fils. C’était un homme bien tout comme mon petit… garçon. Il passa ses doigts dans ses cheveux. Mon grand père était un homme qui voulait aider les gens persécutés dans leur famille, ceux qui se faisaient chasser de leur foyer, qui au travail ou à l’école subissaient d’harcèlement. Je voulais que mon fils ait le prénom d’un homme bien !

Ce qui était pire pour Rory dans son besoin d’avancer c’était la façon dont les autres voyait son “handicap”, la surprotection, la condescendance comme s’il était bête et la certitude d’être utile aux autres alcooliques. Luke était loin de ça. Il se comportait comme un parrain devait le faire. Rory était capable de faire ses propres choix et ne souhaitait absolument pas qu’on l’aide à les faire. Luke était très exactement en train de l’aider mais dans le bon sens du terme.

On ne mesure la valeur de ce qu’on possède qu’à l’instant où l’on risque de le perdre. Et moi… je l’ai perdu. Il ricana dans un souffle. T’as déjà nettoyé quasiment toute ma piaule, j’ai plus grand chose à faire.

Rory prit une autre cigarette et l’alluma. Une addiction contre une autre.

Merci, vraiment. J’aurais jamais cru dire ça un jour mais… t’es un bon parrain.



camo©015

......................................................................................................................................................

I CAN'T CONTROL
MY OWN ACTION
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The dark of the matinée [/w Luke Riley]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The dark of the matinée [/w Luke Riley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life In New York :: Districts :: Residences :: Bronx-
Sauter vers: